Thérapie Conjugale

therapieconjugaleimg

Le travail concerne ici, le « couple ». Il s’agit donc d’un questionnement autour de la relation entre deux personnes, le plus souvent un couple conjugale. Ce que je nomme « conjugale » est l’engagement réciproque et volontaire, dans l’union de deux personnes (marié, pacsé ou non).

Le couple est une entité vivante qui à ses propres règles. C’est la rencontre de deux personnes qui construisent une relation où s’agissent notamment négociation, attentes, limites, accords implicites, et modes de communication. Celle-ci évolue fonction des étapes d’âge, professionnelles, familiales et sociétales et se réadapte fonction des désirs et des contraintes.

La relation vit des périodes de crises plus ou moins intenses, plus ou moins longues, avec une issue constructive et évolutive pour l’union, ou un remaniement des relations.

Cette relation peut se voir dégradée, mise en difficulté, ou subir des dysfonctionnements en ayant le sentiment que « les choses vous échappent », peut être même de l’impuissance, de la tristesse, de la peur, des comportements qui vous questionnent, de votre part ou celle du conjoint.

Cela peut amener des réponses de replis (distance, évitement, dépression, recours aux produits médicaments, alcool, …); d’autres investissements (ordinateur, jeux, travail, surinvestissement d’un enfant…) ;  d’insécurités (méfiance, surveillance, jalousie, dévalorisation, chantages sur les enfants, au suicide…) qui participent à « rester ensemble », parfois à « tous prix », devenant souvent  insupportable pour chacun.

La démarche de couple peut prendre plusieurs colorations, l’une de l’ordre de la volonté de réparer, on pratiquera alors de la thérapie conjugale. Dans les autres cas, l’accompagnement  sera adapté fonction de vos besoins, et de ce qui se joue pour chacun.

Il existe d’autres types de difficultés de relation de couple : lorsqu’un conjoint ou conjointe s’inscrit de manière « pathologique » dans sa relation avec l’autre. C’est à dire les relations d’emprise, consciente ou inconsciente, malveillante  (pervers, harceleur, sociopathe…), ou aliénante (besoin pathologique de l’autre, comme « objet de soutien »). Le ressenti peut être très varié, mais si vous vivez dans le doute de vos perceptions, la crainte de pensez, de parler ou d’agir. Vous percevez des comportements que vous ne vous connaissez pas: le désinvestissement, des relations avec vos proches ou les autres, l’entrave de votre liberté.
Vous vivez de la violence physique et/ou verbale, vous ou vos enfants. N’hésitez pas à prendre contact pour en parler.

Enfin, parfois les maux du couple se déposent ou se manifestent, parfois volontairement ou inconsciemment, à travers l’enfant, impliquant des conséquences importantes dans le développement de ses relations avec  autrui. J’aborde cette notion dans cette dimension du « couple », car un travail pour recentrer les difficultés de communication du couple parental est possible, afin de poser des limites et des règles dans un espace neutre et bienveillant. Ainsi, offrir à l’enfant un espace adulte parental qui reste acteur de son bien-être, sans nécessité pour lui de se « défendre » ou de choisir un « camp ». Quand cela n’est pas possible de se retrouver pour le couple, c’est dans la dimension d’un travail familial que nous passerons.

Ne doutez plus, prenez contact

Je peux vous recevoir dans mon cabinet ou me déplacer à votre domicile (sous conditions).
Contactez-moi pour prendre rendez-vous.

Tél: 06 98 26 70 96 | Formulaire de Contact

CABINET GUILLEMOT